Annie-Laurie Le Ravalec

La recherche d'Annie-Laurie Le Ravalec s'inscrit dans un work in progress : l'espace de l'atelier devient cellule, sorte de "Chambre de Pascal" à l'abri de l'agitation du monde, où l'artiste met sa pensée en mode veille pour laisser les idées venir à elle. Dans ce cadre ambigu, à la fois matrice protectrice et prison, remède et poison – deux notions contenues dans le terme grec Pharmakon – l'artiste active des performances,...

Lire la suite

Dossiers de Annie-Laurie Le Ravalec

Gésir rue Lamour

Performance réalisée dans le cadre des "résidences d'amour". Rezé. 2008

Pas

Performance dans la cellule 0 à l'occasion de "L'art prend l'air". 2008.

Les non dupent errent rue Lamour

Performance conçue lors des Résidences d'amour. Rezé. 2008. Activée en 2011.

Studio Les Incohérentes

Tableau vivant réalisé dans le cadre de "L'art prend l'air". Nantes. 2007

Collection Bibendame

Le travail spécifique qu’Annie-Laurie Le Ravalec présente à l’atelier de l’ERBAN a la particularité de ne pouvoir entrer dans une catégorie précise : les objets sont présentés sur le corps d’un modèle comme les vêtements durant un défilé. Cependant, ce modèle-ci ne défile pas, mais est présenté sur un plateau tournant, comme un objet....

Lire la suite

Vues d'expositions

Gymnastiques

Exposition de fin de résidence à Astérides. Friche belle de mai. Marseille. 1997.

Prix Claude Cahun

 

Tous les ans, l’Espace Simone de Beauvoir décerne le prix Claude Cahun, mettant en lumière une artiste qui s’inscrit dans une réflexion sur la place des femmes dans l’art et la société.
Claude Cahun était cette extraordinaire artiste surréaliste d’origine nantaise, po&eg...

Lire la suite

Impulsions

Offertes sous le signe d’une certaine ambiguïté, les œuvres d’Annie-Laurie Le Ravalec oscillent depuis leur apparition entre attirance et répulsion, désir de possession et retrait. Ce pouvoir d’indécision qu’elles suscitent s’inscrit magistralement dans notre époque qui voit depuis quelques années le retour intempestif du corps sur la scène artistique. Comme si les «années d&...

Lire la suite