Actualités

Étendue, corps, espaces. Olivier Debré et les artistes-architectes

1/1
Photographie : bcalet

Actualités

Exposition collective

Bernard Calet, Rémy Jacquier, Robert Breer, Chanéac, Jordi Colomer, Olivier Debré, Peter Downsbrough, Larissa Fasser, Yona Friedman, Isa Genzken, Pascal Haüsermann, Georg Herold, Thomas Huber, Antti Lovag, Eva Nielsen, Claire Trotignon, Raphaêl Zarka
Centre de création contemporaine Olivier Debré, Tours
17.10.20 — 28.03.21

Bernard Calet :

Nourri de références à l’histoire, à la littérature, à la musique, au cinéma, le socle
permanent du travail de Bernard Calet se construit à partir de ce qui relève de
l’architecture au sens large et comment celle-ci influence nos modes de vie et nos
actions. Les questions relatives à l’espace sont constamment interrogées, que ce soit
par recours à des jeux de rapports d’échelle, de traduction, de déplacement ou encore de
façon conceptuelle par la manipulation des mots et des idées.
Dans ses sculptures et installations, il utilise de façon très subtile les jeux d’ombre et
de lumière et les reflets comme des outils du regard, aptes à pénétrer l’espace et à en
révéler le volume. Avec un esprit acéré sur les questions d’urbanisme, d’écologie et
d’organisation de la vie collective, ses oeuvres posent des questions fondamentales sur
comment habiter aujourd’hui, sur les relations entre le privé et le public, les rapports
entre l’intimité de l’intérieur et le dévoilement de l’extérieur.
Adepte des interventions dans l’espace urbain, il réalise aussi des oeuvres en très petits
formats qui sont souvent des sortes de miniatures de mondes potentiels à plus grande
échelle. C’est ainsi qu’en 2020, durant la période de confinement imposée à une partie de
la planète par le virus du covid-19, il conçoit des collages au format à peine plus grand
que la carte postale qui associent différentes végétations et éléments d’architecture
pour créer, par des effets de superpositions de plans et de perspectives, des espaces
fantasmagoriques et illusionnistes.
La maquette occupe une place importante dans le travail de Bernard Calet, le modèle
réduit renvoyant autant à la réalité qu’à la fiction. Le changement d’échelle s’avère un
outil de l’artiste pour signifier des décalages, des ambiguïtés, des distorsions, autant
de phénomènes pouvant intervenir sur un plan physique comme d’un point de vue
philosophique et politique à l’échelle d’une société. Avec une sensibilité profondément
tournée vers l’homme et son appréhension de l’environnement qui l’entoure, la présence
du corps est induite dans la plupart des oeuvres de Bernard Calet, que ce soit en tant
qu’acteur du dispositif autant que récepteur de sensations.

Adresse
Centre de création contemporaine Olivier Debré
Jardin François 1er
37000 Tours