Actualités

L’atelier des mémoires vives et imaginaires / art-informatique-cybernétique (1968-2021)

1/1
Arthur Chiron, «5 607 249», 2021

Actualités

Exposition collective

Arthur Chiron, Bernard Calet, Pierre Besson, Philippe Hurteau
Le Miroir, Poitiers
01.07.21 — 31.10.21

En 1968, une exposition fondatrice était présentée à l’Institut of Contemporary Arts de Londres par Jasia Reichardt. Intitulée Cybernetic serendipity, cette exposition mettait « en rapport l’art et la cybernétique en valorisant les nouvelles perspectives de cette intrication dans les champs de la création. Qu’il s’agisse de la musique, la danse, la poésie, le temps ou encore les arts graphiques, les artistes ont « joué » avec les programmes informatiques : entre productions de textes génératifs, aléatoires ou morceaux électroniques expérimentaux, de nombreuses œuvres novatrices ont émergé de cette rencontre » (Sylvie Cattelin).

Alors même que l’informatique, la cybernétique et les nouveaux médias ont connu en près de soixante années des développements entropiques qui ont littéralement changé nos modes de perception, et plus encore nos modes de vie à travers toute la planète, des artistes, des architectes, des graphistes, des musiciens, des danseurs, des théoriciens… n’ont cessé d’utiliser ces nouveaux outils, pour mieux les interroger, les détourner, les mettre en question et en donner une perception autre, entre science et imaginaire.

Partant de cet évènement originel, l’exposition se propose d’explorer un ensemble de démarches très diverses, depuis la fin des années 1960 jusqu’à aujourd’hui. Réinvention ou détournement de l’objet, travail sur le langage, le code, les algorithmes, etc… Ces approches produisent des formes et des objets singuliers, ainsi que des images surprenantes, parfois stupéfiantes, qui nous offrent à la
fois un plaisir de contemplation, mais aussi un recul critique et citoyen sur ce « Big Brother » qui recouvre nos existences.

L’exposition est aussi l’occasion de produire une œuvre originale de l’artiste angevin Pierre Besson. Cette création viendra dialoguer avec l’architecture de la chapelle, telle une sculpture monumentale issue d’un effet d’agrandissement depuis un minuscule composant informatique dans lequel le public pénétrera.

La scénographie de l’exposition s’inspire des cartes mères et des circuits imprimés, occupant ainsi la totalité de la surface au sol de la chapelle Saint-Louis. C’est donc une fois de plus une stimulante confrontation qui est proposée entre des esthétiques diamétralement opposées, le baroque de la chapelle Saint-Louis et le high-tech de l’informatique.

Direction artistique : Jean-Luc Dorchies

Commissariat associé : Christophe Le Gac

Adresse
Le Miroir
Chapelle Saint-Louis, 4 Rue Louis Renard
86000 Poitiers