Artistes

Chloé Jarry

Access to :
  • works
  • focus
  • texts
  • contact

Le village, Bazouges-La-Pérousse, mars 2011

Chloé Jarry, diplômée de l’école des beaux-arts de Nantes, développe un travail artistique autour de la problématique du quotidien. Elle s’efforce de révéler, en les dé-contextualisant, les objets que l’on côtoient quotidiennement et qui à force nous paraissent anodins (prises électriques, plinthes, ampoules, etc.).

C’est d’abord par le dessin et la photographie qu’elle appréhende ces objets familiers avant de les mouler pour en faire des céramiques. Lors du processus de création, elle ne cherche pas à contrôler la matière, elle laisse venir les distorsions physiques et naturelles pour en faire un objet unique. La présence récurrente du blanc dans son travail est dû à son approche poétique et romantique de cette couleur, qui à l’origine était associée à la pureté. Ce blanc, parfois complété de jaune pour symboliser le temps qui passe, signifie aussi pour l’artiste l’espace vierge de la galerie, lieu similaire à une page blanche prête à être « écrite ».

La scénographie peut déconcerter. En effet, les œuvres en céramique présentées se fondent dans l’espace d’exposition. Prises, plinthes, ampoule s’intègrent à l’architecture du lieu et participent telles des intrus à son fonctionnement. Au contraire, les éléments disposés à même le sol comme les abat-jours et la bouillotte ont une présence immédiate et perdent leurs utilités premières. Ce souhait de disposer ces sculptures au sol dénote de l’intérêt que l’artiste porte à la culture japonaise. En effet, contrairement aux peuples occidentaux, les orientaux consacrent au sol une plus grande importance (ils y dorment, y mangent … ).

En écho aux objets en céramique, quelques gravures ponctuent l’espace d’exposition. Les objets représentés flottent dans l’espace de la feuille. Ce travail poursuit la réflexion de l’artiste sur la place de l’objet dans notre quotidien.

David Chevrier

INTER_