Artistes

Delphine Doukhan

Access to :
  • works
  • texts
  • contact
Le dîner
07:52

Le dîner, 1996L’art prend l’air, Nantes, 2008 ; portes ouvertes , Rijksakademie van beeldende kunsten, Amsterdam, 1996 ; Art on television, belissima tv, Amsterdam, 1996

Sliptonic – vidéo
04:08

Sliptonic – vidéo, 2002Le show, Paris

Le show
04:47

Le show, 2002Café de la plage, Paris

Rencontres à Saint-Nazaire -questions/réponses – Philippe
06:00

Rencontres à Saint-Nazaire -questions/réponses – Philippe, 2008Galerie des franciscains, Saint-Nazaire

Rencontres à Saint-Nazaire – le repas
08:35

Rencontres à Saint-Nazaire – le repas, 2008Galerie des franciscains, Saint-Nazaire

Firelove
06:20

Firelove, 1996Tribune vidéo, ile de la Réunion, 2013 ; Cinema Accatone, Paris, 2012 ; video off, Aachen, Allemagne ; Le show, Paris, 2002 ; Cinema Nova, Bruxelles, 1998 ; Otto Berchem Show, belissima tv, Amsterdam, 1997 ; Making out, art on television, belissima tv, Amsterdam, 1997

L’attaque de la chaise
02:23

L’attaque de la chaise, 1993La nuit hallucinée, Condition Publique, Roubaix, 2010 ; Larmes artificielles , galerie Montenay-Giroux, PAris, 1998 ; Cinéma Nova, Bruxelles, 1998, FEMININMASCULIN, MAM Beaubourg, 1996 ; Exposition des diplômés avec félicitations du jury, ensb-a, 1995

Tulse hill station
25:52

Tulse hill station, 1995Welcome home n°2, Nantes, 2008, avec une intervention sonore de Benjamin Ritter ; Contamination continue, galerie éof, Paris, Zaléa TV, PAris, 2001; Bleu pour les filles, ensb-a, 1995

Richard’s office
57:12

Richard’s office, 1995Art birthday, Mire, Chapelle de l'Oratoire, Nantes, 2009 ; Valeurs croisées, Les Ateliers de Rennes, biennale d'art contemporain, Rennes, 2008 ; New forms for financial enchantes, Moving art studio, Bruxelles, 1998

Transports collectifs
00:35

Transports collectifs, 2012Galerie Rdv, Nantes, Fr, 2012; festival Trancsendance, Nantes, Fr, 2013; les rencontres de Sophies au lycée Perrin de Rezé, Fr, 2015, Nantes

Notes de vacances
07:51

Notes de vacances, 2013Lieu unique, Nantes

Delphine Doukhan s’inscrit dans le champ de la photographie et de la vidéo plasticienne.

Nourrie à l’esprit surréaliste et Dada, imprégnée de mélodrames cinématographiques ainsi que d’un certain cinéma underground, également inspirée par des postures et des regards de la «street photography», elle commence son parcours en photographiant et en «vidéographiant» des personnes de son entourage à l’intérieur de situations narratives (souvent absurdes) questionnant certains stéréotypes et archétypes (l’érotisme genré de la peur, le modèle de la femme au foyer comme source d’enfermement, les rapports filiaux conflictuels, les trios amoureux déchirants, les contes revisités, actualisés…)

Depuis, elle continue d’explorer le champ ambigu de la norme et de la transgression, en plaçant le corps et l’intériorité au coeur de ses réalisations vidéos, ces dernières s’appuyant de plus en plus sur des dispositifs scéniques qui peuvent faire intervenir un grand nombre de participants, autour de la même famille thèmatique élargie (transe collective, la figure du bouc-emissaire).
L’infime (au sens propre comme au figuré) tient une place majeure dans l’élaboration de ses travaux ; indice de mouvements intérieurs, source d’actions dramatiques et de possibilité de climax, il constitue la base dramatique et temporelle dans beaucoup de ses réalisations (suites d’images photographiques de mouvements décomposés, recomposées ensuite en une continuité vidéo réinventée).
Dans la même logique, ses productions trouvent souvent ancrage dans l’existant de proximité, révélateur et/ou source de phénomènes plus larges. Ainsi, les investigations vidéos, les portraits photographiques aux protocoles d’action spécifiques nourrissent également son parcours.
Séquences photographiques, portraits aux protocoles spécifiques, alternent aux pièces vidéos investigatrices et déambulatoires ou bien fictionnelles, ces dernières faisant appel à des dispositifs de plus en plus complexes.

Depuis peu, elle développe également une pratique en céramique, un contact premier et direct avec la matière, une forme d’écriture automatique qui ouvre de nouveaux champs narraitifs et formels.

Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions, entre autres, au centre Georges Pompidou, à la Marian Goodman Gallery (Paris), au Point éphémère (Paris), à la Biennale d’art contemporain de Rennes ; il a été montré lors de festivals comme la biennale de l’image en mouvement (Genève), le festival vidéo de Louvain (Belgique) ; il a été présenté au Daegu Art Museum (Daegu, Corée) plus récemment.

Notes de vacances