anywhere, anyone, anytime, 2012

Laurent Moriceau

1/19
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, Galerie Janete Costa, Recife, Brésil
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, Galerie Janete Costa, Recife, Brésil
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, Galerie Janete Costa, Recife, Brésil
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, Galerie Janete Costa, Recife, Brésil
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, Galerie Janete Costa, Recife, Brésil
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, Galerie Janete Costa, Recife, Brésil
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, Galerie Janete Costa, Recife, Brésil
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau
Laurent Moriceau, «anywhere, anyone, anytime», 2012, photographie : Laurent Moriceau

anywhere, anyone, anytime, 2012

N’importe où, n’importe qui, n’importe quand

Le site de anywhere, anyone, anytime

Avec anywhere, anyone, anytime, l’artiste Laurent Moriceau conçoit un nouvel espace à s’approprier. Le principe du projet est simple, ses enjeux plus intrigants. Il s’agit de créer un flux d’images et de textes, diffusés dans le cadre d’un réseau sauvage, diffus, aux limites indiscernables. En bref, l’exact négatif des réseaux sociaux connus.

COMMENT ÇA MARCHE ?

– Une première affiche vous permet de déposer des images (photo/vidéo) ou des textes par l’intermédiaire d’une mosaïque de QR codes lisible par votre smartphone.
– Une seconde affiche vous permet de lire la globalité des contenus déposés.
– Les dépositaires de contenu demeurent anonymes.
– La diffusion de ces deux affiches est illimitée, le nombre d’acteurs de la proposition est donc infini, à l’échelle internationale.

QUELS ENJEUX ARTISTIQUES ?

En soi, anywhere, anyone, anytime est une hydre virtuelle aux ramifications infinies, capable de recevoir et de diffuser des millions d’envois anonymes. Ce flux, non hiérarchisable et non contrôlable, aborde en creux la question de la liberté d’expression permise par les réseaux sociaux institutionnels. Par ailleurs, anywhere, anyone, anytime désigne le téléphone portable comme médium créatif à part entière, outil multimédia performant qui accompagne chaque instant de nos vies.
Ce projet est donc à la fois une réflexion sur le médium, l’appropriation artistique qu’il autorise, et l’impact de cette appropriation sur les contenus qu’il génère.
Enfin, plus abstraitement, anywhere, anyone, anytime dessine une utopie contemporaine : un espace mental mystérieux, ubique et libertaire.

anywhere, anyone, anytime est une production Poisson Bouge, laboratoire de contenus web dynamiques
Graphisme : Paul Demare, McDourduff