L’éveil des Sakura, 2013

Adrien Guigon

1/22
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés
Adrien Guigon, «L’éveil des Sakura», 2013, photographie : droits réservés

L’éveil des Sakura, 2013

L’Edo d’Angers
peinture, 400 cartons
H 5m, L 4,30m, l 4,50m
2013

En référence aux estampes du livre : «Les 100 vues d’Edo», un dégradé de couleur est appliqué sur un amoncellement de cartons glanés en ville. La composition de ce dégradé laisse apparaître une ligne de cartons vierges. De la terre au ciel, cette forme architecturale relie un instant et une représentation.

Froissé dégradé
168 moulages, plâtre coloré
15 mètres
installation in situ
2012-2013

Le geste du quotidien : écrasé après usage, un gobelet en plastique est reproduit en série. Ces représentations sont alignées sur une étagère. Un dégradé de couleur reprenant le cercle chromatique accompagne la marche du visiteur. Cette installation est in situ car elle peut s’étendre ou se réduire en fonction de l’architecture du lieu puisqu’il existe une infinité de variations entre deux couleurs.

Iris
toile, teinture
diamètre 120 cm
2013

IIris est une peinture. Une toile teinte est tendue sur un châssis rond. A la renaissance, les tondi (tondo au singulier) étaient souvent utilisés pour représenter une idée de perfection. Avec deux couleurs contrastées jusqu’à leur paroxysme, cette réalisation joue sur la perception ce qui renforce une idée de vortex, d’iris.

Contrairement aux tableaux rectangulaires classiques qui peuvent être vus comme une fenêtre ouverte sur un ailleurs, cette peintures parlent d’une introspection.

Ce procédé de teinture devenu populaire nécessite une économie de moyen. Plus encore « l’épargne » qu’il engage dans sa conception résonne en moi comme une réflexion sur la peinture. Tout comme le fait d’être incapable de maitriser dans sa totalité, l’effet de la teinture sur le tissu.

C’est pourquoi j’ai décidé de m’approprier ce motif venant du prêt à porter afin de lui conférer un réel statut de peinture.

Eclipse
magazine, peinture
2012-2013

Choisir un objet cylindrique pour définir le
diamètre de l’éclipse. Tracer son contour,
puis recouvrir d’un aplat de couleur monochrome l’ensemble de l’image.

Ciel
papier peint, peinture en bombe, bancs publics
2013

Installation composée de bancs publics sur lesquels sont déposé quatre éditions nommées : Collectors. Le mur d’en face est tapissé de papier peint, support de trait de peinture blanche. Une pause est proposée pour contempler le ciel et lire les Collectors.