Artistes

Daphné Boussion : lives in Nantes, works in Nantes.

Access to :
  • works
  • cv
  • texts
  • contact

Solo exhibitions

2022

  • «Entre les lignes», Galerie Olivier Meyer, Nantes (44)

2021

  • «Laps», Galerie de l'Ironise, Brest (29)

2017

  • «La durée exacte du temps», Église du Vieux Bourg, Asphan, Nozay (44)

2016

  • «Augures», Galerie RDV Nantes (44)

2014

  • «Mirages inférieurs», Dulcie Galerie Nantes (44)

2013

  • «Daphné Boussion dorveille à la », Galerie Jean-François Meyer, Marseille (13)

2011

  • «Vacance », Espace Écureuil Nantes (44)

2009

  • «Des chemins qui ne mènent nulle part », Galerie MLB Paris

2008

  • «Welcome Home», Nantes (44)

2007

  • Atelier LtD, Plougonven (29)

2006

  • Galerie le lieu, Lorient (56) avec Cédric Cottaz
  • Galerie Jean-François Meyer, Marseille (13)

2004

  • Galerie Jean-François Meyer, Marseille (13)

Group exhibitions

2021

  • «Soyouz 4-21», Galerie Olivier Meyer Nantes (44)
  • «Export 1», Galerie RDV à Pornic (44)
  • «Cueillir des étoiles», Open school Galerie Nantes (44)
  • «(A)political landscape», Art center of Gracanica Bosnie

2020

  • «Fe*Mail*Art », A.I.R Gallery New York USA

2019

  • «Soyouz 3», Galerie Olivier Meyer Nantes (44)
  • «1000 artistes-1000 lieux, hommage à Gilles Mahé», Saint-Briac (35)

2018

  • « Soyouz 18 », Galerie Olivier Meyer, Nantes (44)
  • «Multiples #7», Galerie RDV Nantes (44)

2018

  • «Backyard », Collectif Open it, Nantes (44)
  • «Territoires partagés », Galerie Hasy, Le Pouliguen (44)

2017

  • «Soyouz », Galerie Olivier Meyer, Nantes (44)
  • «Welcome Home #3 », Galerie RDV, Nantes (44)
  • «Ouichtre !», Galerie Olivier Meyer, Nantes (44)

2016

  • «Multiple #6 », Galerie RDV, Nantes (44)
  • «Les naufragés», Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, Les Sables d’Olonne (85)
  • «Les beaux-arts rue des Vieilles-Douves,», dans le cadre du Voyage À Nantes.

2014

  • «Opening Dulcie 2», Dulcie galerie, Nantes (44)

2013

  • «Vertiges», Commissaire : Bernard Muntaner, UPE13, Marseille (13)
  • «Eros et Thanatos », Galerie J.F Meyer, Marseille (13)

2010

  • «En route pour le Québec », Galerie Art mandat, Barjols (83)

2009

  • «Picasso/Cézanne Duel au sommet », Galerie Alter Ego, Aix en Provence (13)

2008

  • «Welcome Home», Galerie RDV Nantes (44)

2007

  • «Marseille artistes associés », Musée d’art contemporain, Marseille (13)

2006

  • «10 versions Rencontres photographiques », Chapelle de l’Observance, Draguignan (83)

2005

  • «22è rendez-vous des jeunes plasticiens », La Garde (83)

2004

  • « 49è salon d’art contemporain de la ville de», Montrouge (92)

Grants, awards

  • Prix de la photographie 49è salon de la ville de Montrouge
  • 2005

    • Nominée pour le 22è rendez-vous des jeunes plasticiens de La Garde

    2008

    • Aide à l’achat de matériel DRAC Pays de la Loire

    2010

    • Aide au projet de création de la région Pays de la Loire

    Public and private collections

  • Fonds communal de la Ville de Marseille
  • Artothèque de Draguignan
  • La Collection, artothèque de Nantes
  • Artothèque de l’Aisne
  • Artothèque de Saint-Herblain
  • Other

    2022

    • Curatrice de la biennale des Amis du musée d'art de Nantes à l'Atelier Nantes (44)

    2015

    • Curatrice de l’exposition collective La règle du jeu Galerie Olivier Meyer – Les mots & les choses Nantes

    2006

    • Résidence à Draguignan (83) sur le site de la Chapelle de l’Observance (Association AGO)

    2002

    • Atelier nomade d’écriture Résidence itinérante organisée par l’association l’âge d’or

    Daphné Boussion est diplômée de l’école des beaux-arts de Marseille et des universités Paris 8 et Aix-Marseille 1. En 2004, elle obtient le prix de la photographie au 49e salon de la Ville de Montrouge. Ses photographies sont présentes dans plusieurs collections privées et publiques notamment le fonds municipal d’art contemporain de la ville de Marseille. Après Paris et Marseille, elle vit et travaille actuellement à Nantes.
    De vanité en vacuité, ses images souvent désolées et quelques fois floues, font écho à la nature parfois mélancolique de la photographie.

    D’un bout à l’autre

    « Repoussé dans un lieu incommode, à la fois de côté, et en dessous du jour. » Roger Laporte

    D’abord, ce désir manifeste de couper court avec la langue. Ici nul titre ne vient présenter ou souligner l’intention de la série, ce qui équivaut à s’en remettre au silence de l’image, sans bien entendu en négliger l’importance. Car il s’agit bel et bien de constats, souvent dérisoires, de résidus échappés du travail des hommes : vagues traces d’activités, perceptibles par exemple dans une mince couche de poussière à la surface du sol, lieux vidés, en décrépitude, dont la vie antérieure se signale faiblement. Les images sont alignées, fonctionnent par paire ou parfois, dans la déso- lation d’un pan de mur, apparaissent toutes seules, comme cette photographie du couloir sinistré d’un immeuble, traversé par une lumière verte et mangée par un faisceau blanchâtre qui efface les moindres détails, et confère au lieu un caractère indéfini, presque morbide.

    D’une image à l’autre, il semblerait que quelque chose se soit passé, mais cet événement est représenté sans sur- charge documentaire : car l’image ne s’encombre que de très peu d’informations. La technique elle-même est simple. Daphné Boussion utilise un boîtier 24×36, appareil léger, qui lui permet une déambulation libérée du poids de la machine. Quant au geste, il est fragile : la prise d’image a quelque chose de grave, saisissons les choses avec prudence. L’artiste explique qu’elle photographie très vite, peut-être pour se protéger de l’inquiétude de l’endroit, ou alors pour continuer d’avancer et poursuivre sans fatigue l’état des lieux. Ses images, contrairement à d’autres travaux contemporains dont le sens est à découvrir dans l’extension théorique des spécialistes (souvent ignares dans l’histoire du médium), ne proposent aucune démonstration : elles questionnent humblement les fruits d’une enquête.*

    Le projet s’apparente à un inventaire, mais dans sa forme finale, il conserve une part d’étonnement qui lui permet de s’écarter de la règle initiale. Cela justifie ici l’hétérogénéité des propositions. Car l’image est l’enjeu d’une rencontre, l’image ne cherche pas à dépasser ou à faire parler son contenu. Être au plus près de ce qui a été vu, voilà l’intention qui se dégage de ces photographies. On devine un tâtonnement, une hésitation, parfois la volonté de vider l’image de toute séduction. Ainsi Daphné Boussion photographie froidement l’intérieur d’une pièce qui fait penser à une chambre de torture. Mais le désir d’exception persiste, et l’heureuse trouvaille peut voir le jour. Il y a des images devant lesquelles on ne s’éternise pas, et d’autres, définitivement accueillantes. Au milieu du parcours, le regard isole dans la série une image poignante. Rouge acidulé du mur en bas duquel se trouve une prise blanche qui rend la contemplation possible. Les images précédentes nous rendaient prisonniers d’une surface accablante, devant celle-ci, l’œil est éveillé, surpris de pouvoir se contenter de débris de murs éparpillés au sol.

    Autant dire que cette image exige une attention différente, qualitative, et l’effet étrange qu’elle provoque tient peut- être à cette élégance tenue au milieu de l’informe.

    On l’a peut-être compris, la réussite de ce travail réside dans sa juste distribution des formes (ce qui indéniablement lui accorde une parenté musicale). Lieux sans aspérité, photographiés froidement d’une façon minimale et qui bloque la profondeur du regard ; surfaces lisses, polies, constituées de débris qui accrochent le regard via une séduction dont il ne faudrait jamais critiquer ici sa discrète puissance.
    Descriptif, ce travail en possède les caractéristiques : rendu soigné des apparences, cadrages rigoureusement exacts, conçus avec régularité et application. Cependant, il y a quelque chose qui semble sortir du domaine purement topo- graphique : cette « piste » sobrement ajoutée à la série, déplace le travail vers la dimension de la fiction, ou plutôt de la narrativité : promesse d’une histoire qui n’aura probablement pas lieu, mais dont on peut en découvrir la trace. Daphné Boussion a en effet intégré à son dispositif un diptyque où une chambre d’hôtel (deux lits séparés par une tablette où repose un téléphone) est associée à l’image d’un corps avachi et retourné, seule présence humaine de la série proposée. Ces deux photographies instillent du temps à travers les images, et de multiples combinaisons de sens offertes au spectateur. De ce fait, elles ouvrent le travail à un champ plus large et décloisonnent les cadres obtus des autres photographies. Un espace intime semble alors possible, théâtre de drame que les corps investissent

    Note : * Le format des photographies, jamais excessif, ne donne pas « l’illusion du poids du réel » (Bernard Lamarche-Vadel) et restitue sans emphase une expérience sensible.

    Amaury da Cunha

    Daphné Boussion : Entre les lignes