Artistes

Yan Bernard

Access to :
  • works
  • cv
  • texts
  • contact
DrawBot I
00:14

DrawBot I

Video expo 12,8m2
00:56

Video expo 12,8m2Maison de l'architecture, des territoires et des paysages, Angers

Web Artefact
01:18

Web Artefact, 2011Chapelle du Genêteil, Château-Gontier

123heures72rueBressigny

123heures72rueBressigny, 2009Ecole Supérieure des Beaux-Arts d'Angers

Solo exhibitions

2020

  • «Inclusion», parcours extérieur à Châteauneuf sur Sarthe

2019

  • «Translation», Pouancé et Candé, fin de résidence dans le cadre de Prenez l’art en Anjou Bleu

2018

  • «Entropie», restitution de fin de 6 mois de résidence au CHU d’Angers, à La Claverie

2013

  • «Voxel», Invitation du Collectif Blast, au PAD, Angers

2011

  • «12,8 m2», CAUE Maison de l’Architecture, des Territoires et du Paysage

2009

  • exposition à l 'Enceinte, Angers
  • «123heures72rueBressigny», Ecole Supérieur des Beaux Arts d'Angers

2006

  • «Medialibs», Saint-Florent Le Vieil

2004

  • Espace Culturel et Poétique de Rochefort sur Loire
  • Centre d’art de Montrelais
  • Galerie Le Rayon Vert et à la Cure, Nantes

2003

  • Galerie Métalys, Angers
  • Galerie Libre Cours, Revel
  • Nantes

Group exhibitions

2018

  • «Habiter le bâti», avec Nicolas DAUBANES et Alexis JUDIC Carla Bayle, Ariège

2017

  • «Welcome Home #3», Galerie RDV Nantes

2015

  • «Intentions graphiques», Musée des Beaux-Arts d'Angers. Glen Baxter, Elise Beaucousin, Yan Bernard, Gabriele Chiari ; Paul Cox, Herman de Vries, Daniel Dezeuze, documentation Céline duval, Gilgian Gelzer ; Corinne Laroche, Gregory Markovic, Claire Maugeais, Julien Parsy, Guillaume Pinard, Richard Serra

2014

  • «Trucville III», Ecole des Beaux Arts de Poitiers. Yan Bernard, Pierre Besson, Lilian Bourgeat, Jean Bonichon, Bernard Calet, François Curlet, SammyEngrammer, Nicolas Floc'h, Jacques Halbert, Joël Hubaut, Sophie Hurié, Léa Lebriconte, Kevin Lefeuvre, Loreto Martinez Troncoso, David Michael Clarke, Mrzyck et Moriceau, Daniel Nadaud Romain, Rambaud, Christophe Terlinden, OlivierThuault, Laurent Tixador, Elsa Tomkowiak

2013

  • «Trucville II», exposition collective a la Galerie du Dourven, Trédrez-Locquémeau

2011

  • «Trucville», Centre d’art contemporain la Chapelle du Genêteil, Château- Gontier
  • «Le Royaume et l’Exil», volet I, L'urbanité des médiums BACKSLASH Gallery, Paris

2010

  • exposition collective à la galerie RDV (Nantes) Triptyque Angers

2008

  • Galerie le Rayon Vert, Nantes

2007

  • « Et si... », exposition N°2 « Dans l'espace personne ne vous entend jamais crier »
  • Proposition de Christophe Le Gac, avec Damien Beguet, Yan Bernard, Philippe Cognée, P.Nicolas Ledoux, Ultralab, au Transpalette, Bourges.
  • «Acquisitions artothèque 2007», Angers
  • Galerie le Rayon Vert, Nantes

2006

  • L’artothèque 2angles, Flers

2005

  • «Les gens», La Cure, Nantes
  • «Visages», Galerie 2 Angles, Yan BERNARD, Thierry FARCY, Mathieu MAS, Benoît MITRECEY, Flers
  • Galerie le Rayon Vert, Nantes

2004

  • «Dessine-moi un oiseau», La Cure, Nantes
  • Galerie le Rayon Vert, Nantes

2002

  • «Exposition à Candé»
  • «9ème rencontre d’Art mural», Beaufort-en-Vallée
  • «Exposition Boucherie Charcuterie Traiteur», Espace Daviers à Angers, Association G8

Residencies

2020

  • «Cléa en Anjou Bleu du segréen», à Châteauneuf sur Sarthe

2019

  • «Prenez l’art », avec le département de Maine et Loire et la Drac des Pays Loire

2018

  • «Résidence au CHU d’Angers à la Claverie»

Grants, awards

2014

  • Aide individuelle à la création DRAC Pays de Loire

2010

  • Aide au Projet de Création du Conseil Régional des Pays de Loire

Public and private collections

  • Artothèque d'Angers
  • Artothèque 2Angles, Flers
  • Centre Nationale de la Fonction Publique Territoriale, Pays de Loire
  • Education, training

    2002

    • Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, école des Beaux-arts d’Angers

    Yan Bernard propose un travail fondé sur une approche picturale qui problématise la question de l’image à travers deux types de rapport. Tout d’abord le rapport sémiologique qui pose la question du sens des images : en effet, en quoi une image est-elle  porteuse d’une « intériorité » dès lors qu’elle est transfigurée par le geste picturale ? Sans doute que non, d’où la banalité assumée dans le choix des représentations. Ensuite le rapport à l’espace, le tableau est, en soi, un espace ou un fragment d’espace, d’où l’importance du dispositif d’exposition qui assemble, selon les contextes, des éléments agencés (l’unité de l’oeuvre résultant du collage de ceux-ci). Ce système combinatoire permet une multitude de compositions et de variation de la même pièce.

    Chaque image peinte appartient à notre mémoire collective. Le système de reconnaissance découle d’un choix de représentations à la portée de tout spectateur au point de rendre accessoire leur décodage. Intégrées à notre système perceptif au point de ne plus y prêter attention, elles disparaissent de nos champs visuels. Ce jeu mnémonique est aussi un jeu plastique, le parti pris des couleurs pâles et diaphanes permet ce basculement entre apparition et disparition qui renforce cette distanciation avec l’image. Cette mise en demeure chromatique montre également un travail sur la peinture qui procède par retrait et non par accumulation, avec cette manière de peu éclairer la toile qui est caractéristique du travail plastique de Yan Bernard. Le contraste des ces peintures est saisissant avec, par exemple, l’écran audiovisuel. Il ne s’agit pas de vouloir représenter la réalité, mais de revendiquer l’écran du tableau comme un espace sensible, les images extrudées de notre environnement quotidien étant des éléments picturaux, des motifs.

    Comme un grand nombre des artistes de sa génération, Yan Bernard est un peintre qui pratique la photographie. Il choisit des images qui s’attachent au stéréotype, à la  banalité, lieux insignifiants constituant des inventaires d’évènements, des images factuelles, susceptibles de servir à la préparation de ses peintures. Le choix des sujets : camion citerne, centres commerciaux, stade de football, cosmonautes, sans valeur esthétique intrinsèque, porte sur des espaces et des objets contemporains souvent coercitifs. Ces objets isolés, flottants dans le fond uni des tableaux sont les signes de notre environnement.  Devenus motifs décoratifs, ils renvoient la peinture à elle-même, à une pure artificialité.

    Enfin, la curiosité de ce travail tient aussi à son mode de production : les formats sont toujours de même dimension, résultant de la contrainte de leur mode de stockage. Lors de la visite de l’atelier on découvre les  peintures alignées sur les étagères d’un placard  selon un mode de rangement rationnel et économe. Cela éclaire sur la modestie de la posture de Yan Bernard qui intègre à son travail artistique l’économie nécessaire à sa réalisation. Cette démarche prouve aussi la profondeur de son projet.

    Christian Dautel, directeur ESBA

    Peinture architecture

    17 rue des Oiseaux
    49240 Avrillé

    bernard.yan@free.fr