Vestiges, 2019

Fanette Baresch

1/13
Fanette Baresch, «Vestige n°6», 2021
Fanette Baresch, «Vestige n°7», 2021
Fanette Baresch, «Vestige n°8», 2021
Fanette Baresch, «Vestige n°9», 2021
Fanette Baresch, «Vestige n°10», 2021
Fanette Baresch, «Vestige n°11», 2021
Fanette Baresch, «Vestige n°12», 2021
Fanette Baresch, «Vestige n°13», 2021
Fanette Baresch, «Vestige n°3», 2019, photographie : droits réservés
Fanette Baresch, «Vestige n°1», 2019, photographie : droits réservés
Fanette Baresch, «Vestige n°5», 2019, photographie : droits réservés
Fanette Baresch, «Vestige n°2», 2019, photographie : droits réservés
Fanette Baresch, «Vestige n°4», 2019, photographie : droits réservés

Vestiges, 2019

Le processus gestuel apparaît à travers les fragments et les traces d’encres gardées à la surface du papier, créant un mouvement figé dans l’effacement de l’image.

A travers ce processus de révélation et de disparition, l’artiste témoigne de son récit intime face à une mémoire traumatique enfouie qui ressurgit. Ses pièces sont le récit fragmenté d’un dévoilement progressif des souvenirs et de l’empreinte du traumatisme dans le corps.

Alors que le souvenir traumatique ne peut s’encoder et se stocker dans la mémoire autobiographique, il reste piégé hors du temps et de la conscience, créant un blocage de l’expérience sensorielle et émotionnelle.
Cherchant à refaire surface absolument, le traumatisme surgit à travers les déchirures, les vides et les interstices entre les strates.

Le paysage agit comme une structure, un réceptacle pour donner forme au chaos intérieur.
Dans cette interdépendance du paysage au geste, la réalité photographique se transforme. Fragments, rythmes et textures font émerger un nouveau langage.

A travers cette métamorphose, l’artiste poursuit sa quête d’une nouvelle identité vivante et plurielle.