WALKIE-TALKIE #3

Benoît Travers

1/21
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés
Benoît Travers, «WALKIE-TALKIE #3», photographie : droits réservés

WALKIE-TALKIE #3

ZOO GALERIE

https://lesecrituresbougees.webflow.io/

Walkie-Talkie #3, duo performance

Conception, texte : Benoît Travers

Artiste invitée : Cynthia Gonzalez-Bréart

Soirée Les Écritures bougées avec également: Julie Sas / Eugénie Zély / Clément Courgeon

Organisée par Aziyadé Baudoin-Talec

Présentée dans le cadre du festival ATTENTION DEFICIT DISORDER, ZOO GALERIE, NANTES

Walkie-Talkie est un texte, une lecture performée à deux.
Le texte: objet performatif, s’appuie sur l’esprit déconcertant des recherches analytiques du langage de Ludwig Wittgenstein, notamment ses Cahier Bleu et Cahier Brun, 1933/34. Ce travail fait état du caractère «performatif» de la pensée philosophique de L.W dans sa façon d’abolir obsessionnelement la distance entre la pensée, l’expression et l’activité philosophique. «A chaque fois que quelque chose est vu, quelque chose est vu» P119, Cahier Bleu.
Le texte est une suite de propositions faisant état d’une préoccupation obstinée de la présence sensible au réel :
Qu’est ce qu’un texte qui s’inscrit dans la situation présente de sa réception?
De quelle façon tangible les corps du lecteur et de son complice sont-ils présents dans un espace donné, quelles sont les conditions irréfutables de cette présence? Le texte est singulier car il s’inscrit dans une écriture performative, une écriture qui interroge le lecteur et le spectateur de ce texte dans leurs postures, leurs présences à l’instant de sa réception.