Des abscisses désordonnées, 2013

Vincent Mauger

1/44
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés
Vincent Mauger, «Des abscisses désordonnées», 2013, photographie : droits réservés

Des abscisses désordonnées, 2013

Centre d'art Micro-Onde Vélizy-Villacoublay commissariat Sophie Auger Grappin

Au cœur du bâtiment de l’Onde, l’agencement sculptural proposé par Vincent Mauger renverse les perceptions qu’on a des lieux et de l’espace et les met sous tension. À partir d’une compilation d’œuvres autonomes, de nouvelles productions et d’œuvres conçues in situ, l’artiste dessine les contours d’un nouvel environnement où le matériau est amplifié dans de fascinants volumes. L’accumulation ou l’enchevêtrement d’un même élément brisé, scié, découpé, crée un rythme inattendu qui joue de vides et de pleins où le regard et le positionnement physique du spectateur est central pour appréhender l’œuvre.

Toute la poésie de Mauger réside dans une ambivalence matérielle : ses lourdes sculptures façonnées par la main et l’outil renvoient toujours à une esthétique de l’instable et de la fragilité.