Têtes à têtes, 2008

Laurent Moriceau

1/6
Laurent Moriceau, «Têtes à têtes», 2008, photographie : droits réservés
Laurent Moriceau, «Têtes à têtes», 2008, photographie : droits réservés
Laurent Moriceau, «Têtes à têtes», 2008, photographie : droits réservés
Laurent Moriceau, «Têtes à têtes», 2008, photographie : droits réservés
Laurent Moriceau, «Têtes à têtes», 2008, photographie : droits réservés
Laurent Moriceau, «Têtes à têtes», 2008, photographie : droits réservés

Têtes à têtes, 2008

Briqueterie de Ciry-le-Noble (Saône et Loire) sur une invitation de Martine Buissart

Le petit verre à saké, un classique des restaurants asiatiques, est la source d’inspiration de Têtes à têtes,  et plus particulièrement son dispositif optique particulier. Celui-ci offre la possibilité d’un dialogue intime entre le regardeur et une image indiscrète. Image ou apparition éphémère puisqu’elle n’est visible que lorsque le verre n’est pas bu. Association de la vue et du goût, soit une vision furtive et une gorgée d’ alcool vif.

La proposition de Têtes à têtes propose en premier lieu un changement d’échelle du dispositif optique des verres à saké pour littéralement ouvrir de multiples perspectives. La bille de verre est devenue boule de cristal, permettant à plusieurs personnes de découvrir ensemble une même représentation. En outre, bien que cela ne soit pas immédiatement appréhendable, sous la table-support de Têtes à têtes se joue une scène, et l’imaginaire peut s’immiscer entre la personne venue simplement se servir un verre et les apparitions intrigantes qui surgissent soudain au fond de celui-ci.

La pièce Têtes à têtes a été produit par la Briqueterie de Ciry-le-Noble (Saône et Loire). Cette proposition a également été présenté au Musée des Arts Modestes à Sète en 2008 et à La cuisine, centre de création d’ art et de design en 2009.