The concrete world, the eternal idea, 2018

Julien Quentel

1/22
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés
Julien Quentel, «The concrete world, the eternal idea», 2018, photographie : droits réservés

The concrete world, the eternal idea, 2018

Zoo galerie, Nantes Nantes Exposition du 26 septembre au 27 octobre 2018

Déjà présenté l’année dernière à Zoo galerie dans l’exposition collective wrapped/unwrapped où il avait présenté plusieurs pièces, Julien Quentel revient cette année en solo à Zoo galerie où il occupera l’ensemble de la galerie et du patio de Delrue.

La pratique de Julien Quentel s’attache plus au dénuement des objets qu’à leur côté séducteur, l’artiste s’ingéniant à révéler par de subtils traitements et déplacements, parfois à la limite du visible, des directions inattendues. Une des trois pièces présentées l’année dernière, Hermès retrouvé, faisait autant référence à une mythologie disparue qu’à sa récupération par une célèbre marque d’accessoires, croisant discrètement, grâce à l’usage de l’adjectif retrouvé, l’orbite proustienne : cette pièce résumait la « méthode » Quentel qui suggère un récit complexe concernant les oeuvres qu’il élabore, inversement proportionnel à la longueur de leur titre, révélant l’ampleur insoupçonnée de leur construction, soit une espèce de « storytelling de l’objet ». Sa Shoebox in Red Vermillon participait du même principe, les titres de ses pièces font penser à des titres de livres, ils esquissent des histoires énigmatiques et se moquent au passage des marqueurs de la mode : le vermillon de la boîte de chaussure dont il est question renvoie aux fameux souliers dont s’affublent les stars lorsqu’elles arpentent la célèbre moquette lors des jours de festival, mais le rouge de la boîte de l’artiste reste invisible, à l’état de fantasme visuel —contrairement aux dessous des escarpins qui doivent apparaître par intermittence pour mieux exciter la foule des commentateurs— il reste ici confiné dans un secret que seul le langage trahit. Le vrai luxe c’est de pouvoir s’abriter derrière le verbe.

En revanche pour l’exposition à Zoo galerie, et comme pour contredire tout ce qui a été dit auparavant, les pièces exposées ne portent pas de titre, l’artiste voulant déjouer cette destination précise, trop précise, qu’assigne un titre à une oeuvre. Cela fait partie d’une réflexion sur le statut des oeuvres que nous avions déjà évoquée dans l’exposition wrapped/unwrapped avec l’idée que ces dernières ne sont jamais complètement achevées, qu’elles sont toujours en transit, que ce qui est montré dans une exposition n’est que l’état d’une pièce ou d’une réflexion artistique à un instant t (partant aussi du constat que la majeure partie de sa « vie », l’oeuvre d’art, si elle n’est pas achetée et déployée sur le mur d’un collectionneur ou la cimaise d’une collection permanente, restera emballée dans du bullpack et stockée dans une réserve…).