Travaux indiens, 2008

Jean-François Courtilat

1/16
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés
Jean-François Courtilat, «Travaux indiens», 2008, photographie : droits réservés

Travaux indiens, 2008

sur une invitation de Alliance française de MadrasCollectif R_, partenaires : Ambassade de France en Inde Résidence Madras 2008, Convention Culture France, Région et DRAC des Pays de la Loire

 

Une série de dessins brodés, dont la source est la toile Internet,

Une série de pistolets en pierre fusionnés entre eux par le canon,

Une impossibilité pour ces objets de fonctionner et donc de supprimer la vie….ils représentent des scènes de contorsionnistes affublés de tête de mort. Des scènes également de frénésie sexuelle dans des salons érotiques. Des images troublantes sur le désir du sexe opposé, soulignées par une technique : la broderie…