Victor Feres M, 1999

Laurent Moriceau

1/8
Présentation publique des Perméables et Imperméables Pierre Kaël et Salomé à l’École supérieure des Beaux Arts du Mans. Caméra : Hugo Chevallier, Yoni Roeder. Montage : Laurent Moriceau. Remerciements à Florence Bertoux, Céline Philippot et Pierre Kaël. Musique : Amália Rodrigues
Laurent Moriceau, Victor Feres, «Victor Feres M», 1999, École supérieure des Beaux Arts du Mans, vue d'atelier, photographie : Laurent Moriceau, Victor Feres
Laurent Moriceau, Victor Feres, «Victor Feres M», 1999, vue du Perméable et Imperméable Pierre Kaël en atelier, photographie : Laurent Moriceau, Victor Feres
Laurent Moriceau, Victor Feres, «Victor Feres M», 1999, vue du Perméable et Imperméable Pierre Kaël porté par Victor Feres en atelier, photographie : Laurent Moriceau, Victor Feres
Laurent Moriceau, Victor Feres, «Victor Feres M», 1999, vue du Perméable Pierre Kaël en atelier, photographie : Laurent Moriceau, Victor Feres
Laurent Moriceau, Victor Feres, «Victor Feres M», 1999, vue du Lightproof Wear Pierre Kaël porté par Victor Feres en atelier, photographie : Laurent Moriceau, Victor Feres
Laurent Moriceau, Victor Feres, «Victor Feres M», 1999, vue du Perméable Salomé en atelier, photographie : Laurent Moriceau, Victor Feres
Laurent Moriceau, Victor Feres, «Victor Feres M», 1999, vue du Perméable Salomé en atelier, photographie : Laurent Moriceau, Victor Feres

Victor Feres M, 1999

Projet Grand Atelier, École Supérieure des Beaux Arts du Mans Le Mans sur une invitation de Jérome Sans

Le projet des Perméables
Invité.es + Laurent Moriceau

Le projet des Perméables propose à des stylistes, des artistes un travail collectif à partir du principe du Perméable1.
Certaines collaborations portent un nom spécifique.

Victor Feres M

Victor Feres, Laurent Moriceau.

La collaboration Victor Feres, Laurent Moriceau intitulée Victor Feres M donne naissance en mars 1999 aux Imperméables à la lumière et inaugure la ligne des vêtements Lightproof wear .

Les Imperméables ou Lightproof wear sont des vêtements ayant pour première fonction de protéger les Perméables des lumières qui l’impressionneraient ou le détruiraient. Ils sont principalement constitués de matières occultantes. Les Imperméables habillent le corps en cherchant une nouvelle ligne « Couture ».

Vidéo : présentation publique des Perméables et Imperméables Pierre Kaël et Salomé à l’École supérieure des Beaux Arts du Mans à l’occasion du projet Grand Atelier2.

Portrait du Perméable et de l’Imperméable « Salomé ».

Le Perméable est construit sur le corps en respectant les proportions et les volumes propres à la matière (papier photo découpé en fines lamelles entourées de fil d’or et d’argent puis appliqué sur un fond de soie en biais).
Cet assemblage représente deux triangles allongés et incrustés sur une jupe à panneau, un devant, un dos qui sont modulables.
Le Perméable comprend aussi une petite pièce dite « cache tétons » réalisé dans la matière décrite ci-dessus.

L’Imperméable est réalisé en tissu occultant blanc et doublé de soie rouge dégradée. Longue jupe à double-fond se décomposant en trois parties: fond de jupe, doublure et le vêtement proprement dit. Celle-ci est conçue pour habiller et protéger le perméable. Le départ du dos de la jupe accentue les reins et se termine en pointes qui peuvent être modifiées de façon à obtenir d’autres volumes pour exprimer d’autres désirs, c’est un vêtement modulable. Cet Imperméable « Salomé » s’inscrit dans une nouvelle ligne de « Couture Lightproof wear ».

Le Perméable et l’Imperméable constituent dès lors une nouvelle façon de s’habiller. Elle implique une complicité et une intimité pour une femme ou un homme qui aime séduire et aller jusqu’au bout de sa nudité. L’imperméable serait le vêtement que l’on peut porter pour appeler la séduction. Ce sentiment l’emmènerait dans une lumière rouge ou l’identité corporelle serait une acceptation de réaliser un désir bien défini et partagé (le perméable…).

Ce vêtement présenté pour la première fois en mars 1999 à l’espace d’exposition Public a été porté par la comédienne Salomé Timoniet.

Le Perméable et l’Imperméable « Pierre Kaël ».

Le haut de l’Imperméable est constitué en quatre parties réalisées en fibre de verre et doublés de tissu occultant blanc. Chaque partie est indépendante et est conçu pour protéger un Perméable.
Ce vêtement développe une notion nouvelle du vêtement masculin face à ses désirs et à sa volonté de les réaliser. Cet habit a la faculté de se dédoubler, de ce fait ses proportions évoluent. L’ouverture de l’Imperméable en lumière rouge est une prise de conscience directe entre le vêtement et le corps. Chaque ouverture (« dézipage ») de l’Imperméable dessine le corps dans l’espace. Il permet le contact.
Le Perméable (partie haute) est également composé de quatre éléments indépendants: un devant, un dos et deux manches (il peut être porté avec ou sans manches …). Ces éléments sont réalisés en papier photo et en fibre de verre découpés en carré de 7 x 7 cm, puis « piqué-nervure » en biais. La diagonale obtenue permettra de plier le papier photo sans le froisser. Chaque carré nécessite un thermocollage et 8 piqures de « maintien ». Ils sont ensuite cousus les uns aux autres: papier photo / fibre de verre. Les bandes obtenues sont elles-mêmes assemblées les unes aux autres pour obtenir le tissu du Perméable. Le Perméable est doublé de soi rouge. Celui-ci est directement construit sur le corps avec la complicité de Pierre Kaël.

1Le Perméable (1995) est un vêtement réalisé en papier photosensible non impressionné et destiné à ne pas être impressionné. Conçu en lumière rouge inactinique, il ne peut être vu que dans le contexte de cette lumière, à l’abri de toute autre éclairage. Par extension, tout vêtement conçu sur le principe du Perméable porte ce nom générique. Le Perméable est le point de départ du projet des Perméables.

2Le projet « Grand Atelier » s’est déroulée successivement au Musée des Beaux Arts de Nantes, à l’école Supérieur des Beaux Arts du Mans, à l’Abbaye du Ronceray à Angers, à Rennes et enfin au Quartz de Brest. Commissariat : Jérome Sans.