Intrus, 2017

Bernard Calet

1/2
Bernard Calet, «Intrus», 2017, vidéo, Random, photographie : Bernard Calet

Intrus, 2017

Thouars commissariat Sophie Brossais

dans le communiqué de presse de l’exposition Random , texte d’Eva Prouteau

LA LECTURE DES PIERRES
En empruntant l’escalier qui mène au sous-sol, le visiteur aperçoit en
hauteur une vidéo déroutante : les premières images fixent un paysage minimal, aplat pictural qui partitionne l’espace en bleu et rose tendres.
Soudain, surgit dans le cadre une pelleteuse dentelée, qui s’agite dans
une chorégraphie maladroite et laisse couler de sa mâchoire une poudre de graviers ocres. Émanations de poussière et atmosphère à la Mad Max. Dans ce ballet de pierre excavée, saisi dans le quotidien de la carrière thouarsaise déjà évoquée, la notion de représentation taraude à nouveau. « S’il advient que l’artiste fixe un instant privilégié, il ne le fixe pas parce qu’il le reproduit mais parce qu’il le métamorphose. » 2. Ici, la métamorphose induit une forme de spleen, l’activité machinique suggérant peut-être l’action du sablier, la fugacité du temps qui passe, le rideau minéral, la poussière qui rattrape toute vie, mais qui présage aussi d’une future germination.